ACCOMPLISSEZ VOTRE DEVOIR DE CITOYEN EN CONSCIENCE !

A la veille des élections présidentielles de demain, je partage avec vous l’édito de notre bulletin paroissial pour vous éclairer :

Selon le père Bernard Peyrous, il est sûr et certain que le premier tour de l’élection présidentielle a produit un effet de sidération sur bon de nombre de catholiques, nous poussant à nous demander où va le pays et sur qui on pourrait compter à l’avenir…

Comment réagir en tant que chrétiens ?

En tant que curé de votre paroisse, la seule chose que je dois vous dire est : ACCOMPLISSEZ VOTRE DEVOIR DE CITOYEN EN CONSCIENCE !

Ce n’est pas à l’Église de vous dire pour quel candidat voter, il appartient à chacun d’exercer en conscience son discernement propre et de voter.

Cependant, je ressens l’obligation de vous donner quelques critères pour vous aider dans votre discernement[1]

  1. Le Bien Commun: c’est le Bien que tous peuvent rechercher en commun, car lui seul garantit la dignité et l’épanouissement intégral de toute personne humaine, sans exception, à commencer par la plus fragile et la plus vulnérable. En ce sens, le Bien commun est le plus puissant facteur de cohésion et de paix sociale.

 

  1. Connaître les principes non négociables et la Doctrine sociale de l’Eglise

Pour bien discerner en politique, il faut donc d’abord une connaissance claire de ces grands principes que le Cardinal Ratzinger, à la demande de saint Jean Paul II, a encore appelés des « principes non négociables » : la protection de la vie à toutes les étapes de son développement, de sa conception à sa mort naturelle ; la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille fondée sur l’union stable d’un homme et d’une femme ouverts à la vie ; la protection du droit des parents d’éduquer leurs enfants ; mais encore la promotion du Bien commun sous toutes ses formes : la protection sociale des mineurs et des victimes des formes modernes d’esclavage (drogue, prostitution, pornographie…) ; le droit à la liberté religieuse dans les limites de l’ordre public ; le développement d’une économie qui soit au service de la personne et du Bien commun dans le respect de la justice sociale, du principe de solidarité humaine et de subsidiarité, en refusant de donner « sa confiance aux forces aveugles et à la main invisible du marché » (Pape François) ; la sauvegarde de la paix ; le droit d’émigrer régulé par la protection du droit de ne pas émigrer et le devoir de s’intégrer…

  1. Le droit à une information juste et indépendante

Une saine démocratie exige une information juste. Le Pape saint Jean Paul II affirmait en son temps que « la liberté des hommes ne peut être entravée du fait de la manipulation par les medias qui imposent au moyen d’une insistance bien orchestrée, des modes et des mouvements d’opinion, sans qu’il soit possible de soumettre à une critique attentive les prémisses sur lesquels ils sont fondés » (Centesimus annus, 1991, n. 41)

 

Enfin, nous pouvons bien constater, comme nous éclaire Monseigneur Pontier, qu’« aucun programme ne remplit tous ces critères. C’est donc à chacun, à la lumière de l’Évangile, d’effectuer sa propre pondération et de voter en conscience »

C’est également notre devoir chrétien de bien prier pour notre pays sans nous décourager.

« Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce, priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. » (Philippiens 4,6)

Les enjeux économiques et politiques qui régissent notre pays sont complexes et nous devons vraiment prier et agir.

« Il faut toujours prier comme si l’action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante. » Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus

  1. Anthony

[1] Mgr Aillet : “Le choix doit s’affranchir de toute pression, mot d’ordre, harcèlement de l’image ou du slogan”

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com